Ce site Web a des limites de navigation. Il est recommandé d'utiliser un navigateur comme Edge, Chrome, Safari ou Firefox.

Livraison gratuite pour toute commande de 75 $ et + (avant taxes) ✨

Chronique de passation numéro 18 - se rapprocher de son rêve

CHRONIQUES DE PASSATION D’UNE PETITE ENTREPRISE no 18
Se rapprocher de son rêve - publié le 8 mars 2024
Cette semaine, j’ai moins pris le temps d’écrire, je suis à plein dans les visites d’usine. Vous avez répondu OUI à mon invitation et je vis de très beaux moments de partage. Je reçois énormément d’amour, aussi. Je suis très reconnaissante. Les gens qui viennent visiter connaissent la Savonnerie, l’aiment de tout cœur, et veulent connecter avec le produit qu’ils utilisent au quotidien. J’ai eu la chance d’avoir des amis qui sont venus, aussi, avec leur famille. Elisabeth, mon ancienne coloc et amie, et sa famille. Dominique, mon amie du secondaire qui a habité l’Australie pendant 20 ans, et Josée et sa famille, une amie précieuse du secondaire, que j’ai la chance de voir régulièrement dans leur pèlerinage annuel dans les Cantons… au début de la Savonnerie, j’étais même allée prendre un café chez elle et lui livrer des savons. Ses enfants étaient très jeunes, à l’époque.
Le plus jeune fils de Josée, Zaki, est fasciné depuis longtemps par l’univers d’Eric Chouteau. Je pense que le style qu’Eric a développé pour la Savonnerie est vraiment exceptionnel et a largement contribué à notre succès – on a réussi à être plus connus car on était plus « reconnus ». Son souci du détail et sa grande intelligence du média ont mis tellement d’amour dans le produit que ça a rayonné dans les quatre coins du Québec. Zaki, 12 ans, dessine façon Chouteau et invente des personnages : la Rouquine, le Marcheur des bois, le Génie, le Guitariste, la Voyante. Il créé des personnages et les marie à des recettes de savons imaginées. Il créé des mondes. En pandémie, il a beaucoup dessiné, me racontait sa mère Josée. En tant que « mère sévère », elle avait limité le temps d’écran, et les enfants se sont mis à des activités créatives. Tiens donc…
Zaki m’avait envoyé, il y a quelques années, une lettre avec une série de dessins. Ça m’avait tellement bouleversée, chavirée de bonheur… voir que nos savons et l’univers d’Eric pouvait inspirer un jeune, l’amener à créer lui aussi. Je me suis dit, un jour, il faut absolument qu’ils se rencontrent!
À l’approche des dernières visites d’usine, j’ai parlé du projet à Josée. Puis à Eric. Tout le monde a fait de la place dans son horaire, et la rencontre a eu lieu hier. C’était un moment magique, délectable… Zaki et sa famille étaient réunis autour d’Eric qui leur a partagé ses débuts, son parcours, sa passion. J’ai appris beaucoup de choses moi aussi. Le partage d’un parcours entrepreneurial est toujours riche, et pour les trois enfants de Josée et Richard, arriver à toucher un rêve de plus près, c’est très inspirant. Cette rencontre restera marquée à jamais dans nos cœurs.
Dans la perte, dans les transitions, il y a toujours des opportunités de faire autrement. Si, au passage, on touche des rêves, il me semble que tout devient plus doux…
Sur ce, je retourne à mes visites et aux deux dernières journées d’ouverture du Comptoir d’usine. J’espère que vous viendrez nous voir!
Samedi matin, à 8h30, je ferai un live pour montrer l’usine à ceux qui n’ont pas eu l’occasion de la visiter. Soyez-y!
À la Savonnerie des Diligences, on fait les choses différemment depuis 18 ans. Et aussi, on fait du savon. Il en reste, d’ailleurs. C’est par ici : https://savonneriediligences.ca/collections/savons

Panier

Plus de produits disponibles à l'achat

Votre panier est vide.