Ce site Web a des limites de navigation. Il est recommandé d'utiliser un navigateur comme Edge, Chrome, Safari ou Firefox.

Livraison gratuite pour toute commande de 75 $ et + (avant taxes)*

La légende

Le coureur des bois

Ulysse Boismenu était un commerçant aguerri, un coureur des bois qui connaissait la forêt québécoise par cœur : des montagnes aux rivières, en passant par les vallées et les clairières. Installé dans la Vallée du Saint-Laurent, le « Bas-pays », il faisait une trentaine de voyages en canot par année dans le « Haut-pays », la forêt sauvage. Dansant avec les loups et les habitants de la forêt, il fêtait chaque cri d’oiseau, observait la trace des animaux dans la neige mais, surtout, honorait la majesté des arbres, et plus particulièrement le sapinage. On raconte qu’il distillait lui-même son huile essentielle de sapin, mâchait sa gomme d’épinette, buvait l’hydrolat, et même qu’il la mélangeait à une bière maltée, qu’il revendait ensuite aux Iroquois.

Un jour qu’il avait bu un peu trop de bière d’épinette, il courtisa la fille du chef Paco du Haut-Pays, Eyota, la plus belle Iroquoise du village. Les amants se sauvèrent dans la forêt et consumèrent leur passion. Ulysse, coureur des bois plus que de jupons, eut tôt fait de repartir vers le Bas-Pays pour poursuivre son commerce, abandonnant là la fille du Chef Paco. Durant toute la saison des pluies, la belle Eyota pleura, autant de rage que de chagrin. Fruit de cette union trop courte, naquit une fille, prénommée Huyana, signifiant « pluie qui tombe ».  Le chef Paco, ne dérougissant pas de colère, avait ordonné la mise à mort d’Ulysse, mais personne ne le retrouva jamais.

Les années passèrent et Huyana avait grandi. Un jour, imprudente, elle s’éloigna du campement. Après une nuit de désespoir, durant laquelle sa mère s’imagina la retrouver dévorée par les loups, la petite Huyana revint au village, les yeux brillant d’une étrange lueur. Elle raconta à sa mère que, toute la nuit, elle avait été bercée par un beau coureur des bois, à la barbe longue, qui sentait le sapin.

-

Le Botaniste

Ils sont là, un en face de l’autre. L’un est humain, l’autre végétal. C’est LA rencontre entre le botaniste, le Frère Marie-Victorin et le Chardon de Mingan, une espèce rare, menacée.

The Conteur

Jean Converse est né de l’union d’un père anglophone et d’une mère francophone, une exception pour l’époque. Parlant le franglais à la maison, Jean avait de la misère à se...

La Globetrotteuse

Alors que l’exploration et la découverte des territoires, au fil de l’histoire, a semblé un métier réservé aux hommes, on voit depuis quelques décennies apparaître une nouvelle espèce des temps...

Mère-grande

Alice Brassard, née Poulin, a vu le jour dans une famille de sept enfants à St-Georges-de-Beauce en 1923. Curieuse et dotée d’une intelligence vive, elle aurait pu entreprendre de grandes...

Panier

Plus de produits disponibles à l'achat

Votre panier est vide.